Bouffée d'air...

Publié le par Florence Lamarque

En tant que formatrice à l'IRTS, je fais partie des privilégié(e)s qui ont 6 semaines de vacances en été. Certains trouveront que c'est indécent et d'autres seront envieux. Alors consciente de ce privilège , j'ai décidé de me mettre totalement en vacances : pas d'écriture de blog, pas de lecture des quotidiens, pas de travail pour le Parti Socialiste...
 
Mais qu'ai-je fait au final?
Et bien aujourd'hui, j'ai l'impression d'avoir fait de la politique comme il y a longtemps que je n' en avais pas fait : rencontres et soutien d'amis d'enfance qui vont être licenciés, moments passés avec des entrepreneurs qui ont peur pour l'entreprise, discussion avec des médecins du travail qui s'inquiètent du futur projet de loi qui propose de changer leur hiérarchie en les mettant sous la coupe des directions de ressources humaines, échanges avec des enseignants qui refusent les nouveaux termes qui apparaissent dans les programmes comme " morale" ou "instruction"... et toutes ces personnes savaient que j'étais adhérente, militante, secrétaire fédérale au Parti Socialiste... Mais tous m'ont livré le même message : il faut que ça change, ne nous laissez pas tomber, et arrêtez de vivre entre vous!

Alors quand j'ai lu, en ce début de semaine, la bataille rangée qui se mettait en place au sein du Parti sur la pétition concernant les primaires à gauche pour les élections présidentielles de 2012, ma première réaction a été de penser que l'on se trompait de sujet, que ce n'était pas cela qui préoccupait les Français aujourd'hui.
Mais  dans la seconde qui a suivi, j'ai repensé au sentiment d'impuissance ressenti par tous mes interlocuteurs pré-cités. Eh bien là, ils auront enfin leur mot à dire. Je sais que ce positionnement va en surprendre plus d'un, moi qui ai toujours dit que l'avenir du Parti Socialiste devait appartenir aux adhérents du Parti Socialiste et non aux sympathisants. Mais là ce n'est pas l'avenir du Parti qui est en jeu mais bien l'avenir de notre pays.
Certes, je ne considère toujours pas que le MODEM fasse partie de la gauche... et mon retour à Mont-de-Marsan pendant les fêtes de la Madeleine a confirmé ce point de vue.
Mais cela ne m'a pas empêchée de signer la pétition.

Car après tout, l'objectif final n'est-il pas de proposer aux Français une alternative à la politique dévastatrice  de Sarkozy? Y a t il deux types de citoyens de gauche, ceux qui ont une carte et ceux qui n'en ont pas?
 Alors toutes les forces  pour construire ce front seront les bienvenues... voici donc le lien pour signer la pétition :  http://www.primaire2012.fr    



Publié dans Editorial

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Florence, la question que vous auriez du poser est : Est-ce que le PS est encore de gauche ?
Je pense que non et cela depuis bien longtemps et ce n'est pas un hasard si la gauche ne veut pas d'alliance avec les PS. Les Verts ? Est-ce que les Verts sont de gauche ? Vous voulez des noms de gens de droite qui sont chez les Verts ? Et puis leur volonté de faire s'allier au Modem, n'est-ce pas une preuve ?
Cela dit, une autre question me vient à l'esprit. Est-ce que les français sont de gauche ?
Répondre