"Les nouvelles solitudes": quel engagement politique?

Publié le par Florence Lamarque

« Les nouvelles solitudes » est le titre du nouveau livre de Marie-France HIRIGOYEN (psychanalyste), l’une de mes lectures de mes vacances. Cet auteur aborde dans son livre la solitude subie par un grand nombre de citoyens. Mais son sujet est rattrapé par l’actualité.

 

Comment, de nos jours, un homme peut mourir seul, calciné, dans son appartement du quatrième étage en plein centre de Bordeaux, alors qu’il était connu des services sociaux, de la mairie, et de ses voisins ? Loin de moi, l’envie ou le souhait de faire le procès de ces institutions ou de ces professionnels. Je rappelle que moi-même je suis de formation assistante sociale et connais bien la difficulté du travail de terrain . Mais force est de constater, que nous nous trouvons face à un échec. Pour reprendre les propos de mon ami Philippe DORTHE lors de son dernier édito, est-ce là aussi, un échec de la République ?

 

Liberté, Egalité, Fraternité : est-ce que cet homme a été libre de choisir de vivre dans un logement insalubre ? Est-ce que cet homme a bénéficié de l’égalité républicaine pour ne pouvoir en partir ? Est-ce que la fraternité à jouer son rôle dans son processus de socialisation ? … toutes ces questions restent entières.

 
Mais la question essentielle que je me pose, est comment l’engagement politique peut faire en sorte que ce type de situation n’existe plus au 21ième siècle ?

Soyons pragmatiques et non dogmatiques. 

L’homme ou la femme politique ne doit pas être dans la toute puissance, ni le super héros qui peut résoudre  tous les problèmes de tout le monde (même si notre Chef d’Etat actuel essaye de nous donner cette image). Elle ( ou il) doit avoir une conception de la société, une vision d’avenir qui permet à chacun de pouvoir vivre sa propre solitude de manière choisie, c'est-à-dire, que chacun puisse vivre son existence tel qu’il l’entend. Et pour se faire, une vision trop libérale qui invoque la loi du plus fort, ne semble pas la bonne solution au vu des différents faits divers journaliers que l’on peut lire dans la presse . 

Seule la connaissance des problèmes quotidiens de chacun, la mise à disposition des compétences techniques pour résoudre globalement ces problèmes, le tout s’appuyant sur les valeurs de la République, semble une réponse politique adaptée. 

Tel sera le chemin que je suivrai dans cette campagne…    

 

Publié dans Editorial

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article