Lectures de vacances ...

Publié le par Florence Lamarque

Le Père Noël m’ayant fortement gâtée concernant l’enrichissement de ma bibliothèque, j’occupe mes vacances à l’un de mes hobbies favoris, la lecture. Mais comme d’autres aiment se divertir l’esprit, de romans ou de bandes dessinées, pour ma part, j’aime plus particulièrement, la lecture des discours des hommes ou des femmes politiques. Pourquoi ?

 

Si le discours est fort, à sa seule lecture, on doit l’entendre, on doit le sentir. On entend les bruits de la salle ou le silence qu’il y règne. Par contre, la portée de son contenu, son message politique est d’autant plus fort, sorti de son contexte historique. Même si les éléments conjoncturels ne peuvent être niés et sont primordiaux pour en comprendre la portée, le sens profond peut être hors du temps. Mes références sont diverses en la matière :

 

Jacques Delord : « on ne peut tomber amoureux d’un marché » concernant la construction européenne

 

Simone Veil : « les jeunes générations nous surprennent parfois de ce qu’elles diffèrent de nous… mais cette jeunesse est courageuse, capable d’enthousiasme et de sacrifices comme les autres. Sachons lui faire confiance pour conserver à la vie sa valeur suprême » (discours à l’Assemblée Nationale sur la loi de l’avortement)

 

François Mitterrand : « il n’est de liberté que par l’avènement de la démocratie », discours de Cancun undefined; ou encore «  sans la participation la plus large de tous, il n’y aura pas d’identité, il n’y aura pas de dignité, jamais non plus, il n’y aura de citoyenneté » (discours devant les assises de banlieue)

 

Je pourrais continuer ainsi durant des pages, à citer ainsi d’illustres discours qui ont marqué la construction de mon identité politique.

 

Mais pourquoi, vous parlez de ce sujet aujourd’hui ? Il apparaît à chacun que la politique dérive de nos jours vers une succession d’images médiatiques, voire people, ou encore par un « packaging »  politique. Hors, soyons vigilants à ne pas être éblouis ; n’oublions pas le sens des mots, des actes, traduction des idées du sens profond de notre engagement …

 

Mes lectures de vacances sont donc certes des plaisirs de vacances, mais peut-être aussi des devoirs citoyens !

Publié dans Editorial

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article