D’une compétence départementale à l’expression d’un principe de droit universel…

Publié le par Florence Lamarque

Au détour d’un amendement UMP sur le projet de loi des finances voté en catimini au Sénat lundi soir , nous sommes passés très près de la remise en cause d’un principe de droit universel.  Effectivement, cet amendement permettait aux départements de récupérer l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (A.P.A.) sur les successions de plus de 100000€. Mais au vu du tollé de l’ensemble des associations  d’aide aux personnes âgées, le Secrétaire d’Etat à la Solidarité a demandé son retrait hier. 

Qu’est-ce que l’ A.P.A. en Gironde ? En 2006, cela a concerné plus 24600 personnes de plus de  60 ans en perte d’autonomie. Elles ont pu bénéficier d’une prestation en nature dont l’objectif est de financer un plan d’aide nécessaire  à l’accomplissement des actes essentiels de la vie courante. Elle est calculée selon le degré de perte d’autonomie de la personne. Une participation financière est demandée selon les ressources  de celle-ci. Son mode de calcul est donc conforme aux principes fondamentaux de notre République :

-        Liberté ( on peut la percevoir que l’on soit à son domicile ou en établissement),

-        Egalité (même grille « AGGIR » d’évaluation d’autonomie pour tous),

-        Fraternité (c’est la solidarité nationale déléguée au département qui finance cette prestation)

 

Cette compétence départementale (qui peut toucher chacun d’entre nous ou notre entourage) porte les principes fondamentaux de notre République. Veillons que personne ne les bafoue !      

Publié dans Editorial

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article